Accueil > Documentation > Ventilation d'entretoit

La ventilation de votre entretoit

Source de l’image : Canadian Asphalt Shingle Manufacturers' Association

En été, la chaleur intense du soleil peut élever la température de la surface extérieure du toit de 25º C à 33º C au-dessus de la température ambiante. De même, la température à l’intérieur de l’entretoit pourra facilement atteindre des températures de 50º C (voir jusqu’à 65º C selon certaines sources) lorsque la toiture est pleinement exposée aux rayons du soleil, ce qui peut affecter la durée de vie des bardeaux. En l’absence de ventilation adéquate dans l’entretoit, une partie de la chaleur se dissipera par le plafond des pièces inférieures le soir venu, ce qui rendra ces pièces inconfortables ou dispendieuses à climatiser.

En hiver, en l’absence de ventilation adéquate, l’air chaud qui est emprisonné dans l’entretoit fait fondre la neige accumulée sur la partie haute des versants même lorsque la température extérieure est inférieure à 0º Celsius. L’eau qui ruisselle gèle lorsqu’elle atteint les parties froides situées en bordure du toit au-dessus des soffites. L’eau forme alors un barrage de glace qui favorise la rétention et la remontée de l’eau sous les bardeaux ce qui peut provoquer des infiltrations.

De plus lors des journées très froides, l’humidité qui atteint l’entretoit en provenance des pièces du dessous condense et occasionne la formation de sur les composantes intérieures du toit. Lors des périodes de redoux, ce givre fondra et imbibera d’eau et d’humidité l’isolant de l’entretoit, jusqu’à perler du plafond dans certains cas.

Puisque les pare-vapeur et les systèmes d’étanchéité à l’air assurent rarement une protection parfaite, il devient nécessaire de ventiler l’entretoit afin d’évacuer l’air humide ayant réussi à s’infiltrer dans les combles vers l’extérieur, et ce, avant qu’elle ne condense au contact des surfaces froides à l’intérieur de la couverture.

Le Code du bâtiment précise qu’il faut ventiler suffisamment le vide sous toit au-dessus de l’isolant thermique à la section 9.19.1. de même qu’à l’Annexe « A » de la norme CAN 3-A93-M82. Des normes de calcul sont spécifiées et il est conseillé de suivre ces recommandations pour assurer une ventilation adéquate qui préservera l’intégrité des matériaux à l’intérieur de l’entretoit et qui assurera la longévité des bardeaux.

En fonction de ces normes, le Code national du bâtiment recommande une surface libre de ventilation de 1/150 à 1/300 de la surface du plafond recouvert d’un isolant (c’est-à-dire 1 pi2 de ventilation par 300 pi2 de plafond ou 1 pi2 de ventilation par 150 pi2 de plafond) dépendamment du type et de la pente de toit. Par exemple, une maison dont la surface de plafond est de 1200 pi2 nécessitera entre 4 et 8 pi2 de surface d’ouverture extérieure dans l’entretoit.

Les toitures cathédrales ou à faible pente nécessitent une capacité de ventilation accrue puisque d’une part, le faible volume d’air qu’elles contiennent a tendance à ce réchauffer plus facilement. D’autre part, l’effet de tirage est fonction de la différence entre la hauteur des orifices d’entrée et de sortie de l’air. En conséquence, l’intensité de la ventilation liée au phénomène de tirage est plus faible si la pente du toit est moins prononcée.

Pour qu’il y ait une ventilation efficace, il faut partager ces orifices entre le bas des pentes et le haut de la toiture. L’air chaud de l’entretoit qui se dilate a tendance à monter par rapport à l’air froid et il est évacué par les orifices supérieurs pour être remplacé par de l’air frais plus dense provenant des ouvertures au bas de la toiture, qu’il y ait ou non du vent à l’extérieur.

Ainsi, en fonction des normes citées plus haut, la ventilation devrait être distribuée de la façon suivante :

  • 55% de la surface totale de ventilation située au niveau des soffites.
  • 45% de la surface totale de ventilation se retrouve près du faîtage (sommet de la toiture).

Plusieurs types d’évents d’aération de toiture sont disponibles sur le marché, mais les ventilateurs statiques de type « Maximum » sont privilégiés pour leur grande force d’aspiration. Ces derniers fonctionnent (sans pièces mobiles) avec le vent et les différentiels de pression, ce qui leur permet d’utiliser à leur avantage l’effet de cheminée.

Le site internet de la compagnie Ventilation Maximum regorge d’informations précisent concernant la ventilation de votre entretoit en fonction de différents types de toitures.  http://www.ventilation-maximum.com

En terminant, notez que selon notre expérience sur le terrain, il est parfois impossible d’empêcher complètement la formation de glace sur une toiture lorsque l’entretoit n’est pas entièrement ouvert et dégagé. Certaines architectures font en sorte qu’il y a parfois des recoins dans l’entretoit où il peut être très difficile, voir impossible, de faire déplacer l’air de façon  adéquate. L’air chaud étant stagnant à ces endroits, il cause la formation de glace en hiver. Dans ces situations, l’utilisation de câbles chauffants est parfois une solution acceptable.

Pour obtenir de plus amples renseignements :